Pour les femmes qui sont tombées enceintes, qui ont dû être enceintes ou qui ont accouché lors d'une pandémie, la perplexité a été grande. Elena Sanz nous raconte son expérience lorsqu'elle a su qu'elle était enceinte et résume dans cet article de SINC ce que la science sait jusqu'à présent la nouvelle normalité des femmes enceintes:

Je ne suis ni le premier ni le dernier qui, un matin donné, regarde un test de grossesse dans l'espoir de confirmer que le retard est accidentel et, oh, surprise, la double ligne rose apparaît. L'atypique de l'événement est qu'il se produit juste un jour avant que l'état d'alarme de la pandémie de SRAS-COV-2 ne soit déclaré en Espagne. L'incertitude apparaît instantanément. Et maintenant ça?

Pour essayer de dissiper les doutes que j'appelle mon clinique. Et en quelques secondes, la sage-femme de l'autre côté du téléphone me félicite et remplit à la hâte la carte de grossesse pendant qu'elle me coud des questions.

"D'accord, j'ai déjà tout écrit. Quel moment tu as choisi! Il me réprimande, moitié sérieusement, moitié en plaisantant. Attends une seconde, je te donne un rendez-vous sur le pouce pour le première analyse. Mais venez en voiture, même si vous habitez à deux pas. Vous prenez donc le sirop de glucose assis dans votre véhicule et revenez une heure plus tard pour prélever du sang. Écoutez-moi que, bien que le gouvernement ne le dise pas, les femmes enceintes sont une population à risque en ce moment parce que vous êtes immunodéprimé"

De tout son string je reste avec la fin. Immunosupprimé? Et mon esprit journalistique prend cette étiquette avec des pincettes jusqu'à ce qu'elle soit contrastée. La première source qui me vient à l’esprit est Ignacio J. Molina, immunologiste de l'Université de Grenade, l'un des Espagnols qui connaît le mieux le fonctionnement de nos défenses.

"Il est vrai que la grossesse entraîne certains changements dans le système immunitaire, mais cela ne signifie pas du tout que les femmes enceintes sont immunodéprimées", répond-il catégoriquement. comment prévenir l'hypoglycémie pendant la grossesse

Les défenses fascinantes des femmes enceintes

"Ce qui est clair, c'est que le réponse immunitaire pendant la grossesse c'est fascinant: il pense que, bien que nous rejetions un rein transplanté tant qu'il n'est pas compatible à 100%, le fœtus n'est pas rejeté, ce qui par rapport à la mère n'est compatible qu'à 50% ", raconte SINC. Et cela se passe en même temps que les défenses restent vigilantes pour se défendre contre d'éventuelles infections. Un paradoxe immunologique à part entière.

Le placenta offre un environnement unique où deux tissus antigéniquement différents, celui de la mère et celui du fœtus, donnent un exemple de tolérance mutuelle pour permettre le développement d'une nouvelle vie. "Tout se résume à sophistiqué immunosuppression physiologique, ce qui n'est pas la même chose que l'immunosuppression, et qui ne devrait pas avoir à influencer la réponse au COVID-19 », souligne Molina.

Tirso Pérez-Medina, chef du service d'obstétrique et de gynécologie du CHU de Puerta de Hierro à Majadahonda (Madrid), qualifie cela. "C’est en fait un immunité modulée, non supprimé », explique-t-il à SINC.

Surtout, elle affecte l'une des brigades de base du système immunitaire, la Lymphocytes T coopératifs (assistant, par son nom anglo-saxon). Dans un système immunitaire sain, les lymphocytes T assistant 1 (Th1) et assistant 2 (Th2) travaillent ensemble pour maintenir l'équilibre des réponses immunitaires. Eh bien, il semble que la progestérone, l'estradiol et d'autres hormones sécrétées par les femmes enceintes font pencher la balance vers le profil Th2.

"Il y a un réajustement de l'équilibre, un passage de Th1 à Th2", précise le gynécologue. "Ce passage à l'immunité Th2 est supposé être responsable de modifications des réponses pendant la grossesse aux infections respiratoires virales, et cela peut expliquer la gravité accrue des infections telles que la grippe", ajoute-t-il. mêmes symptômes, cause différente

Si à cette adaptation du système immunitaire on ajoute que la capacité de distension pulmonaire des femmes enceintes est assez réduite, il est entendu qu'il est recommandé de se faire vacciner contre la grippe.

Savons-nous pour l'instant

grossessegrossesse "class =" centro_sinmarco "src =" https://1001mamans.com/wp-content/uploads/2020/06/La-nouvelle-normalite-des-femmes-enceintes.jpeg

Est-ce la même chose avec COVID-19 qu'avec la grippe chez les femmes enceintes? Le premier à poser la question cruciale était une équipe chercheurs chinois de l'Université de Wuhan. À l'épicentre de la pandémie de coronavirus, ils ont suivi neuf femmes enceintes qui ont accouché par césarienne au troisième trimestre alors qu'elles souffraient de COVID-19. Ils ont trouvé de bonnes nouvelles. Il s'est avéré que leurs caractéristiques cliniques étaient presque identiques à celles des adultes non enceintes, telles que publiées dans la revue médicale en mars dernier. The Lancet. De plus, aucun d'entre eux n'a développé de pneumonie.

Plus important encore, tous les bébés sont nés complètement en bonne santé, sans aucune indication que le virus est transmis au fœtus alors qu'il reste dans l'utérus, comme l'a confirmé une autre étude de l'Université du Colorado peu de temps après, et plus tard par un autre Iranien.

Cependant, lorsque les scientifiques étaient sur le point de lancer des cloches à la volée, deux études magazine JAMA cela a semé de sérieux doutes. Les plus inquiétants ont détecté le virus du SRAS-CoV-2 chez pas moins de trois des 33 nourrissons de Wuhan dont la mère avait le COVID-19.

"Dans ce cas, comme toujours en médecine, rien n'est vrai à cent pour cent, il y a des exceptions", explique Tirso Pérez-Medina au SINC. "Pour le moment, après plusieurs milliers de naissances dans le monde, nous sommes en mesure de garantir que la transmission verticale est extrêmement rare et que COVID-19 ne provoque pas de maladie congénitale", poursuit-il. Cela et comme le virus ne se trouve pas dans les sécrétions vaginales, le travail peut être effectué par par voie vaginale sans aucun risque supplémentaire.

"Les deux ou trois cas publiés qui parlent de transmission verticale semblent obéir davantage à la urgence à publier qu'une infection réellement prouvée », souligne Pérez-Medina. "Comme toujours, le temps éclaircira certaines de ces brumes", ajoute l'expert, qui assure que, dans son hôpital, "l'analyse PCR réalisée sur les placentas d'accouchement a été négative dans 100% des cas".

Le placenta

Plus qu'assez d'arguments pour ne pas s'inquiéter du placenta des femmes enceintes, non? Après tout, il ne faut pas oublier que cet organe éphémère s'est révélé extrêmement efficace pour filtrer les éléments nocifs pour le bébé. Jusqu'à présent, un seul virus a réussi à contourner sa barrière sophistiquée: celui de Zika.

Cependant, en science, vous ne devez jamais rien prendre pour acquis. Donc, Jeffrey Goldstein et leurs collègues de la Northwestern University (USA) ont décidé d'analyser le placenta de 16 mères dont le test COVID-19 était positif pendant la grossesse. À leur grande surprise, ils ont découvert des dommages à cet organe qui pourraient interférer avec les échanges sanguins entre les femmes et leurs fœtus dans l'utérus.

"Ce qui se passe, c'est qu'en raison de COVID-19 et de l'inflammation qu'il provoque, une insuffisance placentaire (IP) », explique Pérez-Medina. "Le virus finit par altérer le placenta, qui est un tissu en renouvellement continu, et rend ses vaisseaux – les artères et les veines placentaires – déficients, ce qui se traduit par une réduction de la quantité de sang qui atteint le fœtus", dit-il. le gynécologue. Avec une conséquence négative: croissance intra-utérine limitée.

Pour aggraver les choses, COVID-19 favorise la coagulation qui, avec l'état procoagulant de toute grossesse, rend possible thrombose, à la fois maternelle et placentaire, s'envolent. "C'est pourquoi le traitement le plus tôt possible avec l'héparine est crucial se faire plaisir est plus facile en été", explique Pérez-Medina.

Est-ce à dire que les femmes enceintes doivent être considérées comme une population à risque? "Lorsque l'on compare les femmes enceintes à la population générale, il ne semble pas que COVID-19 les affecte davantage, mais c'est dans cette" population générale "que nous incluons les hommes et les personnes âgées, qui se sont révélés être à risque, ce qui peut nous conduire à des conclusions trompeuses », analyse Sonja A. Rasmussen, épidémiologiste à l'Université de Floride, qui a travaillé pendant vingt ans aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC), en particulier au Bureau des maladies infectieuses.

Rasmussen dit que la seule chose qui peut clarifier les doutes est comparer les femmes enceintes et non enceintes d'âges similaires. Quelque chose qui, pour le moment, n'a été fait que par une petite étude suédoise qui montre que les femmes enceintes sont cinq fois plus susceptibles d'être admises dans des unités de soins intensifs. "Mais davantage de recherches sont nécessaires", insiste Ramussen.

En fait, c'est l'idée qu'il répète le plus lors de sa conversation avec SINC: qu'il n'y a pas assez d'informations pour savoir avec certitude quels sont les effets de COVID-19 pendant la grossesse.

"Entre autres choses, nous ne savons pas non plus comment les femmes enceintes gèrent l'oxygène ou quel est le risque de souffrir complications», Analyse l'expert, qui a publié il y a quelques jours un article complet dans JAMA compiler ce que nous savons (et ignorons) sur la prise en charge des femmes enceintes avec COVID-19.

De plus, il admet qu'ils sont "préoccupés par les effets possibles du stress de la pandémie et ses conséquences sur les bébés nés ou conçus dans ces circonstances anormales". Et il l'encourage à devenir "une ligne importante de recherche future".

<!– nager pendant la grossesse vous détend BREAK 26 –>

Postpartum et lactation

lactationlactation "class =" centro_sinmarco "src =" https://1001mamans.com/wp-content/uploads/2020/06/1592657156_63_La-nouvelle-normalite-des-femmes-enceintes.jpeg

Et que se passe-t-il avec la puerpéralité et la lactation? Changent-ils avec la nouvelle normalité qui suit la pandémie? Un guide franco-suédois publié par The Lancet Il y a trois mois, il a recommandé d'isoler les nourrissons des mères séropositives pour le SRAS-CoV-2 pendant 14 jours. Mais la plupart des experts ne sont pas d'accord, y compris Pérez-Medina.

"S'attendre à ce qu'une mère récemment accouchée n'infecte pas son bébé est une entéléchie, et si ce n'est pas pour les 14 premiers jours, la mère devrait s'en occuper les jours suivants", se souvient-il.

"De plus, et c'est très important, dans le pire des cas – c'est-à-dire si le bébé est infecté – la maladie chez le nouveau-né est très bénigne", ajoute-t-il, retirant le fer de la matière.

Elle coïncide avec la position de l’Organisation mondiale de la santé, qui continue de recommander Allaitement maternel exclusif dans les six premiers mois de la vie également pendant la pandémie. Bien sûr, assurez-vous que les personnes infectées prennent certaines mesures lors de l'allaitement. Nous ne devons pas oublier que le SRAS-CoV-2 se propage à travers des gouttelettes respiratoires que nous expulsons lorsque nous toussons ou éternuons à moins d'un mètre.

Plus précisément, en cas d'infection maternelle, les experts recommandent lavage des mains consciencieusement et porter un masque pour minimiser le risque de transmission.

Peut-être que l'image d'une femme qui allaite avec un masque, sans pouvoir sourire ou embrasser le nouveau-né, nous rejette profondément. Mais la vérité est que cette forme de nutrition fournit à Les nouveau-nés des anticorps qui ne se sont pas encore développées chez les bébés et qui sont très nécessaires pour se défendre contre les infections respiratoires dans les premiers mois de la vie, comme indiqué dans le «Document technique pour la prise en charge des femmes enceintes et des nouveau-nés avec COVID-19» préparé par la Société espagnole de Gynécologie et obstétrique.

Une lecture incontournable pour celles qui, comme moi, ont eu l'heureuse idée de tomber enceinte en pleine pandémie.

<!– BREAK les meilleures applications pour les femmes enceintes 33 –>

Auteur: Elena Sanz

Article publié par Agence SINC sous licence Creative Commons

Chez les bébés et plus | Conseils pour concevoir: tout ce que vous devez savoir si vous cherchez à tomber enceinte

Articles similaires :

Les 39 choses que vous devez savoir le jour où vous apprenez que vous êtes enceinte
pourquoi avez-vous le vertige et comment le contrôler
Ce sont les célébrités qui sont tombées enceintes pendant la pandémie et qui seront mères dans les m...
cela a été annoncé dans une `` baby shower '' à l'abri du coronavirus
ce que c'est et les symptômes de la menace d'avortement
61 noms pour garçons et filles inspirés des films Disney
les couples ne veulent pas concevoir pendant la crise de Covid
11 signes qui n'indiquent PAS si vous attendez un garçon ou une fille
12 exercices de stimulation prénatale - Tu es maman
Idées pour la chambre d'un bébé - Tu es maman
La vidéo virale d'une mère dans laquelle son ventre de femme "disparaît"
comment cette maladie affecte la grossesse
Puis-je avoir mes règles pendant la grossesse?
avantages de les choisir - Tu es maman
Est-il conseillé de faire du tai-chi pendant la grossesse? - Tu es maman
Un test de grossesse peut-il échouer? Faux positifs et faux négatifs
11 chansons en espagnol à dédier aux femmes enceintes qui vous raviront par leur sensibilité
quelles sont les meilleures positions et autres questions fréquemment posées
il n'est pas facile de faire toutes les tâches avec un ventre de femme enceinte
Pourquoi les femmes enceintes devraient porter un masque dans la salle d'accouchement même si le...
lesquels vous devriez éviter et lesquels vous pouvez consommer avec modération
pourquoi cela se produit et comment l'éviter
Chrissy Teigen parle de la perte de son bébé dans une lettre émouvante
Tension à travers les nuages? Comment contrôler l'hypertension artérielle pendant la grossesse
Les 15 meilleures applications de grossesse à télécharger si vous attendez un bébé
error

Alors les filles 👩 vous trouvez cet article intéressant ? Si c'est le cas, partagé le avec d'autres mamans ! 😊